untitled-1

[RADIO] Bernard Chevassus-au-Louis intervient sur les États généraux de l’alimentation

Bernard Chevassus-au-Louis Biologiste, ancien directeur de l’INRA, du Museum d’histoire naturelle et président de l’association Humanité et Biodiversité est intervenu dans l’émission « Matières à penser » de France Culture ce mercredi  6 septembre  sur le thème les « Consommateurs ou Citoyens, faudra-t-il choisir? ».

A l’occasion des Etats-Généraux de l’alimentation, entretien avec Bernard Chevassus-au-Louis, biologiste, ancien directeur de l’INRA, de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa devenue l’Anses) et du Muséum national d’histoire naturelle. Il est le président de « Humanité et biodiversité » (succédant à Hubert Reeves)

L’alimentation, bien plus que l’acte de se nourrir, « un fait social culturel » (Marcel Mauss), une histoire sérieuse qui implique nos relations à la nature, aux animaux, à nos choix de société. Des peurs alimentaires aux solutions durables, des circuits mondialisés à l’agroécologie, des comportements individuels au vivre ensemble, c’est toute notre histoire commune qui est interrogée…

Ré-écouter son analyse scientifique et sociologique de l’alimentation

pro-site

Bernard Chevassus-au-Louis participera  à l’une de nos tables rondes en tant qu’intervenant le 23 novembre 2017 sur le thème de l’ agriculture-société : comment construire un new deal ?

Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire aux 26 es Assises de Sol et Civilisation > INSCRIPTION EN LIGNE

 

 

 

untitled-1

Vidéos du colloque « Entre Etat et Marché, la dynamique du Commun »

Introdution

Guillaume Dherissard (directeur de Sol et Civilisation) et Didier Christin (Chargé de mission à Sol et Civilisation)

Sarah Vanuxem, Université Nice Sophia Antipolis – Les communs au prisme des communaux et des usages ruraux
Rémi Beau, Université Paris Ouest Nanterre La Défense – Terres communes et diversité d’usages 

Présentation d’un cas détaillé 
Didier Hervé, Directeur de l’Institut Patrimonial du Haut Béarn (IPHB)

Joseph Paroix, Agriculteur et Président de l’association des bergers et des transhumants des trois vallées


Table-ronde – Avec les agriculteurs, à la recherche de nouveaux équilibres entre l’Etat et le Marché 
Jean-François Ouvry, Directeur de l’AREAS
Benoît Juhles, Président des Jeunes Agriculteurs du Cantal

Pierre Lafragette, Président de la coopérative agricole et de territoire Les Fermes de Figeac

 Visionner les vidéos de l’Atelier Agriculture du 9 juin 2017

untitled-1

[Ouvrage] « La biodiversité avec ou sans l’homme? » de Christian Lévêque

untitled-1

Réflexion d’un écologue sur la protection de la nature en France.

Notre territoire a connu une histoire climatologique contrastée, où se sont alternées extinctions d’espèces et périodes de reconstruction. Ce que nous appelons « nature », en France, est en réalité le produit des activités humaines et de processus écologiques spontanés depuis des milliers d’années.

La déforestation, l’agriculture, les aménagements des cours d’eau et des zones humides, les introductions d’espèces ont créé des milieux artificialisés, gérés pour des usages variés. L’homme n’a pas détruit la diversité biologique en métropole, mais il l’a transformée et enrichie. À partir de cette affirmation, l’auteur pose la question du pilotage des dynamiques de cette nature, soumise à de nouvelles pratiques agricoles, à l’urbanisation, au réchauffement climatique. Quels compromis sont possibles pour contrôler les facteurs qui nuisent à nos activités et à notre cadre de vie (ravageurs de cultures, vecteurs de maladies…), tout en préservant un riche patrimoine d’espèces et de paysages auquel nous sommes attachés ?

Dans ce contexte, qu’entend-on par « érosion de la biodiversité » ? Quand on modifie un système écologique, on perd des espèces, mais on peut en favoriser d’autres. Pour construire une gestion future de la biodiversité compréhensible par tous, il faut sortir du « prêt-à-penser » catastrophiste et tenir compte aussi des succès dans nos relations avec la nature

Christian Lévêque, directeur de recherche émérite de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) , président honoraire de l’Académie de l’agriculture de France et membre de l‘Académie des science d’outre-mer, est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’écologie et la biodiversité.

 

 

untitled-2

📚 Notes de Lecture 📚

 

 

 

untitled-3

 

DAUCÉ Pierre

« Agriculture et monde agricole »

La Documentation française, octobre 2015, 176 pages

 

 

 

 

 

untitled-4

 

ESTÈBE philippe

« L’égalité des territoires, une passion française »

Presses universitaires de France, 2015, 90 pages

 

 

 

 

 

untitled-5

 

 

« Les agriculteurs dans la France contemporaine revue Sociétés contemporaines »

Presses de Sciences Po n° 96, 2014, 146 pages

 

 

 

 

 

untitled-6

 

BANOS Vincent, CANDAU Jacqueline

« Sociabilités rurales à l’épreuve de la diversité sociale » Quae, 2014

 

 

 

 

 

 

untitled-2

ALARY Éric

« L’histoire des paysans français Perrin » , mars 2016, 376 pages

 

untitled-1

[Article] « Nous devons refonder la gestion des risques en agriculture » Jeunes Agriculteurs

« Tant ceux qui concernent la production, les prix, les marchés que les risques humains et personnels »

« Alors que les agriculteurs sont à nouveau touchés par une vague d’événements climatiques néfastes aux cultures, que la confrontation au marché se fait de plus en plus directe, Jeunes Agriculteurs a choisi de traiter, dans son rapport d’orientation 2017, de la gestion des risques en agriculture. Élaboré, en co-construction avec l’ensemble du réseau Jeunes Agriculteurs et grâce à de nombreuses rencontres, le rapport d’orientation 2017  est intitulé « Anticipons aujourd’hui pour gérer les risques demain » ».

Lire l’article des Jeunes Agriculteurs revue « Paysans et société » n° 364, juillet – août 2017

untitled-3

[MATINAGRI de AGIRAGRI] Intervention de Anne-Claire VIAL

Le 16 juin, lors de MATINAGRI* du réseau  AGIRAGRI, Anne-Claire Vial, présidente de sol et civilisation, est intervenue sur le thème de l’ « Agriculture : innover pour gagner ou comment réinventer nos territoires ».

*petit-déjeuner-débat organisé tous les trimestres au Café Procope à Paris

 

Vidéo MATINAGRI intervention de Anne-Claire Vial

untitled-1

[Essai – « Des territoires à penser »] « Faire territoire aujourd’hui: Enjeux et défis » Anne-Claire Vial et Guillaume Dhérissard de sol et civilisation

untitled-1« Chaque culture exprime son potentiel en lien avec un sol et un climat. Chacune est « de quelque part ». Mais le monde change. Alors, nous avons interrogé 15 spécialistes du territoire et de son aménagement : en regardant à un horizon de quinze ans, comment la notion de « territoire » fonctionne-t-elle de votre point de vue ? Quel rôle joue-t-elle dans la construction d’une vision de l’avenir ? Quel cadre peut-elle offrir à la prise de décisions qui engagent l’économie, le milieu naturel, les collectivités sociales ? Quelles places y tiennent les filières agricoles – notamment les grandes cultures ? Leurs réponses font ce livre. Un ensemble passionnant. »

Jean-François Gleizes

« Des territoires à penser » est publiée par Passion Céréales aux éditions de l’Aube.

Extrait de « Faire un territoire aujourd’hui: Enjeux et défis » de Anne-Claire Vial – Présidente de sol et civilisation et Guillaume Dhérissard – directeur de sol et civilisation

« Faire territoire, un vrai défi – Cela demande tour d’abord une ingénierie du « faire ensemble » souvent absente. Faire territoire n’est en effet pas naturellement émergent, les acteurs ont par autre nature leur intérêt et leur stratégie propre, qu’il convient d’articuler sans pour autant nier les singularités de chacun. Une fonction d’animation-médiation est donc nécessaire. Celle-ci doit permettre d’associer les expertises présentes ou non, de faciliter la rencontre entre les acteurs et identifier avec eux les jeux gagnant-gagnant. Qui finance dans la durée cette ingénierie, qui est légitime pour la porter? »

Accédez à l’extrait

 

 

untitled-2

[Ouvrage – « 150 idées pour la réussite de nos agricultures »] Contribution de Anne-Claire Vial – présidente de sol et civilisation

untitled-2

« Être acteurs de l’expertise, présenter des pistes d’action, s’ouvrir aux idées et aux débats : voilà ce que propose cet ouvrage fédérateur et original, regroupant 150 propositions, clin d’œil au 150 ème anniversaire de la SAF (Société des Agriculteurs de France), célébré par saf agr’iDées en 2017. »

Anne-Claire VIAL, présidente de sol et civilisation, a apporté sa contribution à l’ouvrage « 150 idées pour la réussite de nos agricultures » sur le thème « Agricultures et territoires » en amenant sa réflexion sur « De l’importance de penser l’ingénierie de la co-action ». Lire l’extrait

« On constate un déni de la complexité de la production agricole. Même certains acteurs sur le terrain évitent de reconnaître la complexité des métiers des agriculteurs. Que dire des personnes qui ne connaissent pas la réalité de la vie d’un agriculteur et qui profitent d’une situation médiatique pour poser des affirmations simplistes sur certaines productions ? En paraphrasant Edgar Morin nous pouvons dire : le fait que ce caractère complexe de l’agriculture est généralement ignoré indique que la crise de l’agriculture est aussi cognitive.(…) »

 

Accédez à l’ouvrage complet 

 

 

untitled-1

[Extrait « La société de bien commun »] « Gestion publique de l’eau: de l’intérêt général au bien commun » de Didier Christin de sol et civilisation

untitled-1

Didier Christin est praticien-chercheur au sein de Sol et civilisation. Il travaille sur la réactualisation des pratiques de gestion en commun.

« C’est par le fait que des personnes autonomes (publiques et/ou privées) se reconnaissent, se constituent et s’organisent en tant que communauté titulaire d’un « patrimoine commun » – et donc le prennent en charge comme tel – qu’un élément, matériel ou immatériel, devient le patrimoine commun de cette communauté. »

Dans le chapitre « Cultiver » de l’ouvrage « La société de bien commun » de l’écologie Humaine, Didier Christin  présente comment le « commun » permet de mieux saisir ce que pourrait être une véritable gestion durable de l’eau et des milieux aquatiques et donc d’éclairer comment mieux la mettre en œuvre.

Afin de comprendre au mieux ce qui définit une telle gestion durable, il est important, dans un premier temps, de décrire les trois modes de prise en charge , différents et complémentaires, de la gestion de l’eau : la gestion individuelle, la gestion collective (ou par délégation) et la gestion en commun. Cette distinction permet alors d’envisager comment arriver à mobiliser les forts « potentiels d’implication » des acteurs dans la gestion de l’eau de leurs territoires.

Accédez à l’extrait

[Interview]

[Interview – Elise Levinson de Sol et Civilisation]  Zoom sur le métier de facilitateur stratégique

Pour mener nos interventions, nous mobilisons à Sol et Civilisation des concepts et des outils issus de différentes approches. C’est ainsi que nous intervenons en tant que facilitateurs stratégiques pour accompagner les acteurs d’un territoire ou d’une filière agricole.

Dans cette interview pour le magazine « Agro Mag *», Elise Levinson explique son métier de facilitatrice stratégique, pour lequel elle développe une pratique d’accompagnement au changement par la créativité : celle du Journal Créatif ©.

Portrait réalisé par Fabienne Cottret – facilitatrice  graphique

*La revue agro Mag s’adresse aux ingénieurs, aux étudiants, aux cadres, dirigeants et décideurs de l’agriculture, de l’agro-industrie, des IAA, des services, et plus généralement à tous ceux qui sont intéressés par les sciences du vivant.[Interview]

 

 Article [Interview Elise Levinson]