Rechercher et former

RECHERCHER

Colloques

  • 3 et 4 février 2022

Intervention d’Anne-Claire Vial aux Journées de l’UCLy, sur le thème « Tous vulnérables ». 

Ces journées avaient pour objectif d’apporter aux participants des clés pour appréhender et accompagner la vulnérabilité dans toutes ses dimensions (économique, sociale ou encore environnementale), à l’échelle individuelle et collective, vécue dans la sphère privée ou dans le monde professionnel. Y ont assisté plus de 500 décideurs et responsables : acteurs économiques, institutionnels et politiques, du monde de la santé, de l’ESS, des ONG et acteurs associatifs. Anne-Claire Vial a participé à une table-ronde animée par Pascale Tournier, Rédactrice en chef de l’hebdomadaire La Vie, sur le sujet « Vulnérabilités, bouleversement climatique et mondialisation : quelles conséquences ? comment s’adapter ? », aux côtés de Elisabeth Ayrault, Co-présidente de la Chaire d’Université Vulnérabilités de l’UCLy, avec des interpellations de Joseph Kokou Laba, étudiant en Master de philosophie à l’UCLy.

  • 28 juin 2021

 Intervention d’Élise Levinson dans la table-ronde « L’âme des villages : devenir enfin vivants », organisée par l’Archipel des Alizées.

Dialogue avec Raphaël Boutin-Kuhlmann, de Villages Vivants, animation par Emmanuelle Coratti.

Cette table-ronde riche a abordé différents sujets : la difficulté autant que l’importance de (re)créer du lien à soi, aux autres, au monde et à la nature, étant donnés les défis complexes que nous avons à relever ; le rôle crucial que jouent et que joueront demain encore les territoires, notamment ruraux, comme espaces d’expérimentation, d’innovation sociale, d’émergence, mais également de rencontre entre le local et le global ; l’importance des lieux et des facilitateurs et facilitatrices stratégiques pour être, faire et vivre ensemble, durablement, dans ces territoires ; l’enjeu d’hybrider les savoirs, les expertises, les visions et les approches du monde, en particulier les approches analytiques, rationnelles, scientifiques (« cerveau gauche »), et les approches intuitives, processuelles, créatives, relationnelles (« cerveaux droit »).

Replay : https://bit.ly/3QbJk6o

Les doctorats

Thèse sur les relations ville-campagne – Laetitia Verhaeghe

Laetitia Verhaeghe a présenté et soutenu avec succès sa thèse le 16 décembre 2021, intitulée « Renouvellement des relations villes-campagnes et transition socio-écologique : quelles perspectives pour le métabolisme ? ». Cette thèse est l’aboutissement d’une recherche multi-partenariale menée avec Sol et Civilisation (en CIFRE), la Caisse des Dépôts, France urbaine, la Fondation Avril et l’unité mixte de recherche Géographie-cités. Elle a été réalisée sous la direction de Sabine Barles et de Antoine Brès à Paris 1.

Extrait du résumé de la thèse : « […] En portant son attention sur les flux de matières et d’énergie, et en ancrant ce travail dans le champ de l’écologie territoriale, Laetitia Verhaeghe propose une approche renouvelée de l’étude de ces relations villes-campagnes matérielles et énergétiques via la notion de métabolisme territorial. […]

À la lumière de ce travail, les relations villes-campagnes métaboliques n’apparaissent pas comme une modalité d’action dominante pour les acteurs locaux en réponse aux enjeux de la transition socio-écologique. De plus, la majorité de ces relations répondent aux besoins des villes et peu se matérialisent sous la forme d’un mutualisme, c’est-à-dire d’une mobilisation conjointe des ressources renouvelables des villes et des campagnes pour satisfaire leurs besoins. Enfin, les relations villes-campagnes métaboliques ne contribuent qu’à la marge à la transformation du métabolisme territorial. Loin d’observer un chemin vers la transition socio-écologique selon ces relations villes-campagnes métaboliques, cette thèse révèle plutôt la résistance et la permanence du régime socio-écologique industriel. »

Thèse sur le précarité alimentaire en milieu rural – Mathilde Ferrand

Mathilde Ferrand poursuit son travail de recherche débuté en 2020 sur le sujet : « Accéder à l’alimentation en milieu rural : le cas des habitants en situation de pauvreté en Région Auvergne-Rhône-Alpes ». Cette recherche, réalisée en CIFRE à Sol et Civilisation et conduite en partenariat avec Cap Rural, le Conseil Départemental de la Drôme, la Fondation RTE et le Laboratoire d’Études Rurales-Sociétés et espaces ruraux de l’Europe contemporaine (Lyon 2 / Isara), se fait sous la direction de Claire Delfosse, Professeure de géographie, et Perrine Vandenbroucke, Enseignante-chercheure en géographie. Elle porte sur 3 axes principaux : (1) les difficultés d’accès à l’alimentation liées aux spécificités de la pauvreté dans les territoires ; (2) les modalités de prise en charge des difficultés d’accès à l’alimentation des personnes en situation de précarité ; (3) l’analyse croisée des stratégies d’acteurs et des situations à l’échelle des territoires.

Dans un contexte où la qualité alimentaire est une préoccupation sociétale grandissante, la question de l’accessibilité sociale à une « bonne alimentation » interpelle pouvoirs publics et chercheurs. Le moindre accès des populations disposant de faibles revenus à une alimentation « de qualité » est source d’inégalités, notamment de santé. De nombreux travaux sur ce sujet ont été menés dans les villes mais la question a peu été étudiée en milieu rural. Pour pallier ce manque, Mathilde Ferrand réalise un travail bibliographique pluridisciplinaire, ainsi qu’un suivi des actions menées par les collectivités et autres structures territoriales dans le champ de l’accessibilité sociale à l’alimentation en Auvergne-Rhône-Alpes, notamment via de l’observation participante et des entretiens semi-directifs dans quatre territoires du département de la Drôme.

Les projets de recherche

  • Programme de recherche AliGé

Projet de recherche “Vers une Alimentation Générale qualifiée par l’action commune en territoires” (AliGé), retenu dans le cadre de l’appel à projets publié en 2021“CO3 : Co-construction des connaissances” (financements ADEME), en partenariat avec l’UNCPIE et INRAE.

“[…] notre projet vise à comprendre pourquoi et comment certains modes de coordination et de conduite de projet, certaines postures aussi, sont mieux à même de faciliter les mécanismes de transition à l’échelle des systèmes alimentaires territoriaux ; comprendre également quelles sont les transitions à opérer dans les gouvernances habituelles pour permettre, au côté d’autres types d’apports, une transition des systèmes agri-alimentaires. Notre projet intègre 6 CPIE engagés dans des dynamiques alimentaires territoriales, sélectionnés par l’Union nationale des CPIE.”

Au cours de l’année 2021-2022, des séances d’accompagnement individuel (coaching) ont été réalisées auprès de 6 facilitateurs territoriaux (salariés de 6 CPIE différents), avec deux méthodes : mobilisation de la grille IDPA en individuel (issue de l’audit patrimonial), méthode “Tenir Conte” qui accompagne un chemin de changement en utilisant les allégories, symboles et structure de cette forme particulière de récit qu’est le conte.

Contact : elise.levinson@soletcivilisation.fr

  • Programme de capitalisation « Territoires à Agricultures Positives »

En 2021 et 2022, Sol et Civilisation est en charge de la coordination générale de la démarche de capitalisation, et plus spécifiquement de la production d’enseignements stratégiques pour mieux accompagner et mettre en œuvre des dynamiques territoriales avec les agriculteurs créateurs de richesses et d’inventivité territoriale. Dans ce cadre, elle a organisé, animé et fait la synthèse d’une série de séminaires auxquels ont participé les chargés de mission des projets et les financeurs. Ces enseignements alimenteront le document de capitalisation final qui sera réalisé d’ici le premier trimestre 2023.

Contact : suzanne.hermouet@soletcivilisation.fr

Co-publications

Participation à la rédaction du Manifeste pour des Ruralités Vivantes initié par la FNSEA et porté par le Groupe Monde Rural dans la perspective des élections présidentielles et législatives de 2022

« Les territoires ruraux prennent toute leur part dans les transitions en cours et sont en capacité de répondre tant aux demandes sociétales qu’à contribuer à la réussite du Plan de Relance. Pour cela, il faut remettre, au cœur des priorités, l’activité économique des zones rurales et, bien évidemment, le vivre–ensemble que cela exige. Le rôle des entrepreneurs pour le maintien et la vitalité des territoires ruraux doit, enfin, être reconnu, considéré et pleinement soutenu par les pouvoirs publics.

Ce manifeste pour des ruralités vivantes avance différentes propositions d’évolution. Organisations professionnelles, associations, administrations, élus nationaux et locaux et citoyens doivent s’en saisir. »

https://www.fnsea.fr/wp-content/uploads/2021/09/Manifeste-pour-des-ruralites-vivantes-1.pdf

FORMER

Université Paris-X Nanterre

Intervention dans le Master « Géographie, Aménagement, Environnement et Développement » (GAED) sur le thème : « Vers une gestion en (patrimoine) commun de la qualité de la nature et du vivant : plus qu’une question de ressource et d’usages, un enjeu de prise en charge… Et si le meilleur des relations hommes-nature était à venir ? »

AgroParisTech – Chaire Science Politique, Écologie et Stratégie (SPES)

· Intervention de Didier Christin au sein de la dominante SPES, Module GVSP (gestion du vivant et stratégie patrimoniale) : « Une approche par les communs des transformations agricoles, alimentaires et rurales ».

· Intervention d’Élise Levinson : renforcement de l’encadrement pédagogique du module de 2e année “Gestion patrimoniale des territoires”. Accompagnement des étudiants dans la réalisation et l’intégration d’un audit patrimonial intitulé : « Recherche des conditions et moyens pour une meilleure gestion de la biodiversité en Anjou ; quelles stratégies de facilitation pour une prise en charge territoriale et partagée ? ».

ISARA

Participation au Module de formation « Enjeux, acteurs et politiques. Stratégie, innovation et gouvernance des filières et des territoires » sur le thème « Rôle et place de la gestion en commun avec les agriculteurs dans la gestion durable de « patrimoines – ressources » naturels ».

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – Master BIOTERRE

Accompagnement du projet tutoré « Intérêts, conditions et moyens d’un maintien de l’élevage et d’une redynamisation de l’installation en brebis Causses du Lot. En quoi cela est-il porteur de transformations économiques, sociales et environnementales positives pour le territoire des Causses du Quercy ? », conduit par l’équipe enseignante et les étudiants du Master Bioterre dans le cadre du projet « Territoires à Agricultures Positives ». Intervention d’une demi-journée sur le sujet : « Être et agir dans le monde : penser ses interactions avec le vivant ».