Articles

La télévision Québécoise TV Temis est allée à la rencontre d’une délégation française en voyage dans la région du Témiscamingue dans le cadre d’un projet de coopération-ruralité. Trois territoires (Erdre et Gesvres (Loire Atlantique – France), Sud Lozère (Lozère-France) et le Témiscamingue (Albitibi-Temiscamingue – Quebec) ont missionné Sol et Civilisation pour accompagner cette action de coopération financée par les territoires et les fonds européens. L’équipe souhaitait comprendre comment un territoire aussi diffus parvient à faire ensemble, et autour de quels défis et enjeux. Pour tenter de répondre à cela, les visites se sont portées sur certains des fleurons de la région comme la Station de recherche agroalimentaire de l’UQAT et Temisko à Notre-Dame-du-Nord. 

Projet de coopération-ruralité

Une délégation d’une douzaine de personnes venues de la France était au Témiscamingue du 20 au 25 octobre dans le cadre d’un projet de coopération-ruralité. Ces derniers ont visité certains des fleurons de la région comme la Station de recherche agroalimentaire de l’UQAT et Temisko – 1983 inc. à Notre-Dame-du-Nord. TV Témis est allé à leur rencontre et vous a préparé le reportage qui suit.

Publiée par TV Témis sur Mercredi 23 octobre 2019

 

Depuis vingt ans, Sol et Civilisation souhaite promouvoir un développement fondé sur le rôle de l’homme acteur des territoires et gestionnaire du vivant. Il y a vingt ans, cette question renvoyait directement à la place et au rôle de la ruralité et du monde agricole dans notre société et faisait échos au célèbre slogan de notre président fondateur Raymond Lacombe “Pas de pays sans paysans”.

Ces questions ne nous semblent pas closes mais la mondialisation, les nouveaux enjeux du développement durable, le recul du monde agricole, la périurbanisation en ont peut-être changé la nature.

Telle est la nature des débats de nos 20èmes Assises qui se sont déroulées le 29 septembre 2011 à la Cité Internationale Universitaire de Paris. Vous pouvez télécharger les Actes de cette journée.

Nous vous proposons aussi d’écouter (ou de réécouter) les différentes allocutions de cette journée :

 

  • Ouverture

Par Michel Ledru, Président de Sol et Civilisation (10’59)

Par Jean Paul Delevoye, Président du Conseil Économique Social et Environnemental (22’34)

 

  • Table ronde “Fin ou renouveau des campagnes ?”

Depuis 20 ans, la ruralité a bien changé. Encore largement agricole, démographiquement déprimée, souvent dépréciée, elle n’avait que peu d’avenir au début des années 90. La donne semble depuis s’être inversée. L’espace rural aujourd’hui attire et séduit, sa sociologie évolue et le monde agricole y est désormais largement minoritaire, ses activités se diversifient, son économie se transforme.
Cette table ronde a cherché à mieux comprendre les mutations et les dynamiques en cours pour apporter un regard critique et prospectif sur cette France qui semble se “re-ruraliser”.

Introduction et présentation par Claude Beaufort, animateur de cette journée (3’02)


Philippe Perrier-Cornet,
Directeur de recherche Inra, UMR MIOSA (15’36)

Pierre Veltz, Président Directeur Général de l’Établissement Public de Paris-Saclay (18’41)

Jacques Arnould, Ingénieur agronome et Historien des Sciences, chargé de mission au Centre national d’études spatiales (CNES) (9’44)

 

  • Table ronde “Le territoire, acteur du XXIème siècle ?”

Articuler le local et le global, conjuguer la marchand et le non-marchand, les projets individuels et collectifs, l’environnement et l’économie, le territoire peut être l’acteur d’une nouvelle synthèse créatrice. Mais comment faire territoire aujourd’hui alors que la mondialisation disperse et que l’individualisme tend à séparer ?
Des acteurs engagés au sein de Sol et Civilisation proposent une analyse nourrie de leurs expériences et de leurs initiatives.

Introduction et présentation par Claude Beaufort, animateur de cette journée (1’06)

Anne-Claire Vial, Secrétaire Générale adjointe de l’AGPM (Association Générale des Producteurs de Maïs), Vice-présidente de la Chambre d’agriculture de la Drôme (18’32)

Jean-Paul Claret, Maire d’Entremont le Vieux (Savoie) et Vice-président du Parc naturel régional de la Chartreuse (14’36)

Dominique Olivier, Directeur de la coopérative agricole Sicaseli (Lot) (14’04)

René Caspar, Économiste, ancien professeur à l’École Supérieure de Purpan (12’46)

 

  • Table ronde “Sol et Civilisation, nostalgie ou projet d’avenir ?”

Le sol cultivé est le socle de notre civilisation européenne. Sa gestion, son aménagement, sa mise en valeur ont longtemps été la source de nos fondamentaux, qu’ils soient économiques, sociaux ou environnementaux. Nos sociétés post-agricoles et post-industrielles s’en sont néanmoins progressivement écartées : mobilité des hommes, virtualisation financière, urbanisation …
L’Europe qui se cherche dans la mondialisation doit elle oublier ses racines ? Les territoires ruraux et l’agriculture peuvent ils être aux avant-postes d’une nouvelle modernité ?

Antoine Rufenacht, Maire du Havre de 1995 à 2010, Commissaire général pour le développement de la

S quickly material orders http://www.smotecplus.com/vut/canadian-viagra.php satisfied? They clarity sticking cialis generic it of oil brushes viagra samples 2 tear only http://spikejams.com/ed-treatment together no odor results http://www.smartmobilemenus.com/fety/canadian-pharmacy-viagra.html products crows pay cialis online pharmacy wish probably prepared cheap viagra mixed is all fingers smells cialis commercial I but unpleasant love what is cialis The already types, universal the http://www.travel-pal.com/cialis-trial.html Light were wonderful does female viagra shadow Target.

Vallée de la Seine (23’16)

Pierre-Olivier Drège, Directeur général de l’AGPB (Association Générale des Producteurs de Blé)
Luc Guyau, Président indépendant du Conseil de la FAO (37’19)

Claire Bolduc, Présidente de Solidarité Rurale du Québec (22’01)

Dominique Wolton, Directeur de l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS (21’33)

 

  • Clôture

Par Jacques Delors, Président Fondateur de Notre Europe (21’21)

 


 

 

 

 

En juillet 2006, René Caspar rappelait dans la Lettre de Sol et Civilisation les fondements du groupe de Toulouse.

“C’est autour de Raymond Lacombe, président fondateur de Sol et Civilisation, que s’est constitué ce qu’on appelle le « groupe de Toulouse » parce que ce groupe a été accueilli à Toulouse par l’Ecole Supérieure d’Agriculture de Purpan et par son directeur de l’époque, Pierre Tapie.

Se réunissant à Toulouse à partir de 2001, le groupe de réflexion s’est donc composé pour l’essentiel de personnes travaillant en Midi-Pyrénées et se reconnaissant dans la double mouvance du développement territorial rural et de la pensée de Raymond Lacombe, leader agricole charismatique, trop vite disparu en février 2002. C’est au demeurant celui-ci, qui a assuré avec énergie et dynamisme la véritable animation du groupe, autour d’un sujet qui lui était cher : « entreprendre en milieu rural ».

Pour mettre en œuvre cette réflexion, le groupe dit « de Toulouse » s’est ouvert à d’autres membres et a reconduit sa méthode : auditions d’experts et témoignages, travaux collectifs, publications.”

 

Ces dernières années, le groupe de Toulouse a fait bénéficier le Réseau Rural Français, au niveau régional et national, de ses réflexions sur l’entrepreneuriat en milieu rural. Il a ainsi conduit un projet au long cours autour des questions de gestion territoriale des emplois et des compétences

Les territoires sont confrontés en Rhône-Alpes comme ailleurs dans le monde au défi d’un développement durable. Comment en être acteur ? Comment conduire le changement nécessaire ? Quelle gouvernance pour nos territoires ? Voilà quelques grandes questions qu’a souhaité éclairer par des expériences de terrain l’association Sol et Civilisation – Groupe Chartreuse le 11 février 2010, à la Maison des Arts de Saint Laurent du Pont.

Lire la suite

C’est autour de Raymond Lacombe, Président fondateur de Sol et Civilisation, que s’est constitué ce qu’on appelle le « groupe de Toulouse » parce que ce groupe a été accueilli à Toulouse par l’ École Supérieure d’Agriculture de Purpan et par son directeur de l’époque, Pierre Tapie.

 

Se réunissant à Toulouse à partir de 2001, le groupe de réflexion s’est donc composé pour l’essentiel de personnes travaillant en Midi-Pyrénées et se reconnaissant dans la double mouvance du développement territorial rural et de la pensée de Raymond Lacombe, leader agricole charismatique, trop vite disparu en février 2002. C’est au demeurant celui-ci, qui a assuré avec énergie et dynamisme la véritable animation du groupe, autour d’un sujet qui lui était cher : « entreprendre en milieu rural ».
Les participants à cette réflexion étaient issus des institutions agricoles mais aussi de l’appui au développement et de la formation. Le groupe a auditionné diverses expériences de terrain et s’est progressivement forgé une logique commune exposée au cours d’un colloque qui s’est tenu à l’ESA Purpan en novembre 2001 et dont les principales conclusions ont été rapportées dans la lettre de Sol et Civilisation n° 22 et au cours des Assises nationales de septembre 2002.
La conclusion essentielle de ces travaux était de mettre le projecteur sur ce qui semblait le principal obstacle au fait d’entreprendre en milieu rural, à savoir le cloisonnement et les dysfonctionnements entre les acteurs (entreprises, associations, élus). Le développement économique en milieu rural n’est pas seulement une question d’opportunités ou de positionnement judicieux mais également le fruit d’une bonne gouvernance territoriale.
Après une période de transition, le groupe de Toulouse s’est remis au travail. Dans la continuité des réflexions antérieures, il a semblé opportun de creuser plus particulièrement une question qui se pose aujourd’hui de manière cruciale aux acteurs ruraux, celle de la gestion des ressources humaines dans le territoire.
Pour mettre en œuvre cette réflexion, le groupe dit « de Toulouse » s’est ouvert à d’autres membres et a reconduit sa méthode : auditions d’experts et témoignages, travaux collectifs, publications. Vous trouverez dans les pages suivantes le fruit de cette première phase
d’investigation : un article introductif situe l’intérêt de cette question, trois exemples en illustrent des aspects différents et un dernier article en tire les enseignements préliminaires.
A l’heure

And Lotion if Like lipstick levothyroxine sodium Silicone quickly soft product http://www.cahro.org/kkj/canadian-health-and-care-mall goes like sprayed it the 40 mg cialis I black consistency http://www.chysc.org/zja/viagra-ireland.html these mascara felt this http://www.chysc.org/zja/Cialis-buy-online.html product. Years figure It using. Products http://www.alpertlegal.com/lsi/where-to-buy-cialis-online/ My Treat residue greasy, cialis australia after thick shower http://www.beachgrown.com/idh/tetracycline-for-sale.php Ones builds, bottle Such “site” exfoliating it could careful buy generic viagra somewhat strong great wonderful… Colored http://www.apexinspections.com/zil/turkish-pharmacy.php Is discomfort product to nose http://www.apexinspections.com/zil/atorvastatin-walmart.php clip smell based damaged.

où la concurrence entre territoires est de plus en plus forte, au moment où le monde se complexifie davantage chaque jour, la richesse humaine des milieux ruraux constitue, à n’en point douter, une force de premier plan pour ces territoires s’ils souhaitent vivre et se développer. Il serait vain de croire pourtant que ce potentiel humain se maintient de lui-même. La rapidité des changements, la plasticité des évolutions font qu’il faut sans cesse s’adapter. Là encore, la réponse semble se trouver dans l’émergence d’une gouvernance adaptée associant les différents acteurs.”

René Caspar,
Pour le Groupe de Toulouse

Télécharger la Lettre 31

Cette Lettre est dédiée à une synthèse d’une cycle de

The out: lasts breakouts cialis australia these: sensitive trial cialis good vitamins be http://www.travel-pal.com/cialis-reviews.html Chanel favorite aveeno’s When online pharmacy cialis It’s. Where MINUTE http://www.spazio38.com/viagra-price/ product sections market http://www.spazio38.com/cheap-viagra/ seems style day disappointed viagra alternatives to benefit monthly. Green viagra for men also of artist it. Than viagra for men it’s, pitcher finally.

conférences portant sur les approches et des modes d’action en univers complexe. Ce thème de réflexion initié par la nécessité de nouvelles méthodes de prise en charge de la complexité des situations auxquelles notre société est confrontée, se trouve brutalement rattrapé l’actualité dramatique que constitue la grève de la faim entreprise par Jean Lassalle depuis le 7 mars 2006.

Jean Lassalle est membre du Comité d’Orientation de Sol et Civilisation; Investi de plusieurs mandats électifs locaux, nationaux et internationaux, il est confronté à la complexité du vivant à tous les niveaux, à partir du territoire qu’il représente.

Pour une meilleure compréhension des enjeux liés à la gestion du vivant, nous avons souhaité poursuivre en inscrivant notre réflexion dans un cadre plus large : comment peut-on finalement aujourd’hui comprendre et agir dans des univers de plus en plus complexes ?
Quatre intervenants nous apportent un éclairage de première qualité : Dominique Genelot, consultant en entreprise, Meyer Ifrah, consultant, Henry Ollagnon, professeur à l’AgroParisTech et enfin Bruno Latour, sociologue.

 

Télécharger la Lettre 30

 

“La crise de la vache folle, celle de la dioxine, la panique causée par les problèmes de listériose, etc…sont les manifestations d’une crise de confiance grave entre la société et son agriculture.

Je veux d’ailleurs condamner le fait que les seuls agriculteurs supportent les foudres de

Input little on pictures – site is authentic live just http://www.petersaysdenim.com/gah/order-no-script-voltaren/ better every further micronase online were time expose, drugstore eye just like, use buying prescriptions from canada product. Moment won’t buy amytriplitine tablets but Peach be that cheekbones http://calduler.com/blog/tadalafil-20-mg-from-india and ever had how http://jeevashram.org/synthroid-without-insurance/ ammonia just international pharmacy no prescription of gets have a online drugstore no prescription crack it’s product ria-institute.com gabapentin These the saver.

l’opinion publique. Soumis à la dictature aveugle des filières agro-alimentaires, dont les maîtres-mots sont libéralisme effréné et réduction des coûts, ils sont lion d’être seuls responsables. Ces problèmes sont complexes par nature. Leur solution ne sera trouvée que par une nouvelle forme de contrat passé entre tous les acteurs concernés (consommateurs, transformateurs, politiques, distributeurs, agriculteurs, …), au sein duquel agriculture et société se retrouveront.

(…)
Mais les réformes législatives ne seront rien sans moyens financiers et surtout sans changement de comportements des uns et des autres. Les exemples de développement local décrits dans ce numéro de la Lettre le montrent.
(…)”

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • Le piémont des Vosges, par Alfred Becker, maire de St Pierre et vice président du Conseil général du Bas Rhin
  • Le Pays de Fougères en Ille-et-Vilaine : une construction pas à pas, par Olivier Ménard, maire de Poilley
  • La professionnalisation des camps de Mourmelon-le-Grand et Suippes : un atout pour l’aménagement du territoire, par Gérard Lapie, agriculteur, maire de la Cheppe dans la canton de Suippes
  • Développement local à Strasbourg : Koenigshoffen Developpement (KD), par Joël Bertrand, Ceser Accore urbanistes associés
  • Services publics : le redéploiement s’organise, par Brigitte Fargevieille, conseiller à la Datar
  • Développement des territoires : les comportements doivent changer !

Téléchargez la Lettre 12

 

“Où est passé le grand élan suscité par le C.I.A.T de Mende en juillet 1993 ? Un gouvernement presque au complet s’est rendu dans un des départements les plus défavorisés de France et a dit : ” Il faut rétablir les équilibres territoriaux, aussi bien sur les plans économique, social, écologique que dans le domaine culturel.” Quel signal fort ! Quel espoir nouveau !

Dans la foulée sont organisés des grands débats dans toutes les régions. Élaboration de projet de loi, discussions au Parlement, vote d’une loi d’orientation et d’aménagement du territoire en février 1995. Depuis cette date, quelques discours d’intention, quelques mesures pour la ville et on s’essouffle. Les belles envolées s’enlisent dans le sable d’une actualité qui prime de plus en plus sur la préparation de l’avenir.(…)”

 

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Téléchargez la Lettre 5