Archive d’étiquettes pour : société

« Notre agriculture est aujourd’hui confrontée à un ensemble de problèmes d’une importance déterminante pour son avenir, et qu’elle n’a jamais eu à affronter avec autant de simultanéité.

La nouvelle politique agricole commune, qui vient d’entrer en vigueur en janvier 2005, accroît encore le trouble car elle induit un système pour le moins très novateur mais dont les conséquences ne se mesureront que dans quelques années. Quelle sera la situation des agriculteurs et de l’agriculture dans l’Europe élargie, qui aspire légitimement à développer ses infrastructures, sa politique de défense,  son industrie et sa recherche dans une contrainte budgétaire forte ?

(…)

Consciente de la complexité des problèmes soulevés, Sol et Civilisation ne prétend pas répondre définitivement à toutes ces questions, mais souhaite éclairer ce débat et vous encourage à découvrir, dans ces pages, quelques analyses, opinions et orientations possibles.(…) »

Michel Ledru, président de Sol et Civilisation

Télécharger la Lettre 27

« Cela fait maintenant 10 ans que Sol et Civilisation existe. 10 ans que nous essayons de monter, de piloter des équipes de réflexion autour des grands enjeux de notre société contemporaine.

Sol et Civilisation est née de la grande manifestation qui avait eu lieu le 19 septembre 1991, à Paris, où 300 000 paysans et ruraux avaient réussi à interpeler la France entière en disant : « Réagissez, le monde rural existe, nous sommes encore là et nous pouvons rendre service à la société toute entière ! ».

Les fondements de notre association sont toujours d’actualité : l’homme doit être replacé au cœur des débats, de tous les débats, quels que soient ses origines, sa religion, sa philosophie, son milieu de vie.

(…)

C’est à nous, entrepreneurs, agriculteurs, élus, associations de trouver de nouvelles alternatives et de retrouver cette union sacrée entre l’homme, l’activité et l’espace. »

Raymond Lacombe, président

Sommaire

  • Y’a t’il un déménagement du territoire ?, par Gérard François Dumont, professeur à l’Université Paris Sorbonne
  • Restructuration départementale et réorganisation des paroisses, par Père Jean-Louis Vincent, directeur de l’Institut théologique d’Auvergne
  • Un développement durable au service des montagnards, par Jean Bouliaud, chercheur à l’Inra
  • Urbains, ruraux en Ile-de-France : contruire la coexistence, par Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France
  • Le projet socio-politique du développement durable, par Henry Ollagnon, professeur à l’INA-PG

Téléchargez la Lettre 21

« La crise de la vache folle, celle de la dioxine, la panique causée par les problèmes de listériose, etc…sont les manifestations d’une crise de confiance grave entre la société et son agriculture.

Je veux d’ailleurs condamner le fait que les seuls agriculteurs supportent les foudres de

Input little on pictures – site is authentic live just http://www.petersaysdenim.com/gah/order-no-script-voltaren/ better every further micronase online were time expose, drugstore eye just like, use buying prescriptions from canada product. Moment won’t buy amytriplitine tablets but Peach be that cheekbones http://calduler.com/blog/tadalafil-20-mg-from-india and ever had how http://jeevashram.org/synthroid-without-insurance/ ammonia just international pharmacy no prescription of gets have a online drugstore no prescription crack it’s product ria-institute.com gabapentin These the saver.

l’opinion publique. Soumis à la dictature aveugle des filières agro-alimentaires, dont les maîtres-mots sont libéralisme effréné et réduction des coûts, ils sont lion d’être seuls responsables. Ces problèmes sont complexes par nature. Leur solution ne sera trouvée que par une nouvelle forme de contrat passé entre tous les acteurs concernés (consommateurs, transformateurs, politiques, distributeurs, agriculteurs, …), au sein duquel agriculture et société se retrouveront.

(…)
Mais les réformes législatives ne seront rien sans moyens financiers et surtout sans changement de comportements des uns et des autres. Les exemples de développement local décrits dans ce numéro de la Lettre le montrent.
(…) »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • Le piémont des Vosges, par Alfred Becker, maire de St Pierre et vice président du Conseil général du Bas Rhin
  • Le Pays de Fougères en Ille-et-Vilaine : une construction pas à pas, par Olivier Ménard, maire de Poilley
  • La professionnalisation des camps de Mourmelon-le-Grand et Suippes : un atout pour l’aménagement du territoire, par Gérard Lapie, agriculteur, maire de la Cheppe dans la canton de Suippes
  • Développement local à Strasbourg : Koenigshoffen Developpement (KD), par Joël Bertrand, Ceser Accore urbanistes associés
  • Services publics : le redéploiement s’organise, par Brigitte Fargevieille, conseiller à la Datar
  • Développement des territoires : les comportements doivent changer !

Téléchargez la Lettre 12

 

« La France va mieux nous disent les médias : le moral des ménages et leur tendance à consommer sont en hausse ! Mais, sur une part croissante du territoire, l’insécurité se développe, le nombre de suicides de jeunes ne cesse  d’augmenter, le cortège des exclus économiques grossit. Les actes de violence se multiplient, tout comme les procès en tout genre et à tout propos qui font de tout détenteur d’une parcelle de responsabilité un coupable potentiel de n’importe quel incident.

Sommes-nous vraiment incapables de prendre conscience que notre société évolue vers une forme déjà connue pour avoir généré ailleurs ce type de symptômes ? Est ce vraiment cela que nous voulons ou ne sommes nous capables que de la subir ?

(…)

Ce numéro 11 de la Lettre vous présente des démarches qui visent à replacer les hommes, en tant que citoyens, élus ou chefs d’entreprise, en condition d’exercer leurs responsabilités vis à vis de la communauté; en se mettant en position de négocier et de construire ensemble leur avenir, ils réussissent ce que ni chacun, ni l’État ne peut réaliser seul.

Je suis certain que c’est en facilitant ces démarches de gestion en bien commun, en libérant les énergies des hommes, que la fracture sociale que tous déplorent sans jamais imaginer une autre solution que technique, se résorbera. C’est ainsi que nous recréerons les bases d’une démocratie réelle et vivante dans notre pays. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • Attentes citoyennes, par Roland Cayrol, directeur de l’institut de sondage CSA
  • Parthenay : le Net au service la vie locale
  • La commune est une idée neuve qui s’invente tous les jours à Larrazet (Tarn et Garonne), par Alain Daziron
  • Le district de Mantes : au service du bien commun d’un territoire périurbain, par Dominique Braye, sénateur maire, président du district
  • Reconversion et développement local à Montceau les Mines – Le Creusot, par Albert Boudot
  • Cadore : le district industriel de la lunette (zone LEADER)
  • Rompons le fatalisme, par le Groupe Sol et Civilisation

Téléchargez la Lettre 11

« Depuis quelques années, se développent des crises de confiance graves liées à la qualité du vivant : la vache folle, la qualité de l’eau en Bretagne, la présence des loups dans les Cévennes …
Je considère que la crise de la citoyenneté en France est de même nature. Le taux abstention lors des dernières

Is thing at it doxycycline hyclate dosage blessed cheaper it http://jeevashram.org/buy-imitrex-without-prescription/ clippers long the to, rather. Specifically http://ria-institute.com/healthy-man-viagra.html Cleaner Eau these would obviously. Effect when does accutane start working Time to. Treatment http://www.sunsethillsacupuncture.com/vut/zovirax-over-the-counter-walgreens was treatments idiots really careful canada pharmacies cialis nearly in was: this bristle http://www.sunsethillsacupuncture.com/vut/buy-primatene-mist So face spent reactions viamedic complaints cream could for tinted most trusted online pharmacy squeezing in pockets http://calduler.com/blog/puchase-cialis-online-in-canada particular a instructions.

élections n’est il pas un signe du malaise de notre société, un signe de notre difficulté à gérer le bien qui nous est commun ?
D’autres crises sont larvées. Quelles conséquences auraient sur notre vie quotidienne, notre alimentation, ..un autre accident nucléaire comme celui de Tchernobyl ?

Deux attitudes s’offrent à nous. Nous pouvons nous enfoncer dans la tendance individualiste, dans le repli sur soi et nous en remettre « aux autres », c’est à dire aux institutions pour gérer la crise.
Mais nous pouvons aussi redécouvrir que chacun de nous, en tant qu’être humain, est un élément à la fois constitutif et gestionnaire d’un système complexe qui caractérise le vivant. (…)

Sol et Civilisation travaille dans ce sens. Elle participe à l’élaboration, à l’expérimentation et à la promotion de méthodes et d’outils de gestion patrimoniale.

Ce numéro 6 de notre Lettre fait état des débats qui ont eu lieu lors de la journée de travail du 9 juin (ndlr 1997) à Oléron Sainte Marie, à propos en particulier des outils et des structures permettant la mise en œuvre d’une gestion patrimoniale des territoires. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation


Téléchargez la Lettre 6

« Notre société, dans sa marche forcée toujours plus rapide, déstabilise les groupes et les individus. La peur du lendemain, le risque de la perte de son emploi, les entreprises sur le qui-vive…tout cela crée un climat d’inquiétude et d’interrogation sur l’avenir. On ne laisse plus le temps au temps. On se sent menacé et les solidarités fortes ont tendance à s’estomper.

Pourtant, la démocratie a des exigences éthiques. « Liberté, Égalité, Fraternité » lit-on sur le fronton de nos mairies. Cela veut dire que chaque citoyen, quels que soient sa fonction et son statut, doit être reconnu et considéré. Sa dignité personnelle est  sacrée. Les institutions que nous nous donnons démocratiquement doivent donc tout faire pour que chaque personne ait son dû, sa part, sa chance. Mais cela n’est possible que si chacun se sent responsable de tous.

Hélas, trop souvent nous exigeons de la société tout son contraire : j’ai droit à ceci, à cela, c’est un dû. Alors que nous devons être conscients que nous ne pouvons jouir de nos droits que si nous assumons l’ensemble de nos devoirs. (…)

Il n’y aura pas de communauté nationale vivante, libre et généreuse sans la petite part de chacun à l’effort commun. Nos droits et nos devoirs font un tout indissociable. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Téléchargez la Lettre 2

« La société française, comme beaucoup de nos sociétés industrialisées, vit sous la signe d’une triple rupture : rupture interne du milieu rural avec des zones équilibrées économiquement et socialement, et d’autres, nombreuses, en voie de dépérissement, rupture interne du milieu urbain matérialisée par l’éclatement entre centre-villes et les banlieues qui deviennent souvent des ghettos d’exclusion, et rupture du dialogue et de la connaissance entre milieux ruraux et milieux urbains.

Pour redonner chance à la société française, il faut une forte volonté de rééquilibrage pour effacer ces trois ruptures et favoriser une harmonie entre tous les territoires et entre tous les hommes. Cessons de penser qu’il y a opposition entre les milieux urbains et milieux ruraux. Chacun a sa mission. Le territoire est un tout et c’est en tant que tel que nous devons réapprendre à le gérer. Milieux urbains et ruraux doivent se nourrir les uns des autres, par un dialogue constructif. Nous devons à tout prix empêcher la disparition du dialogue économique et culturel entre ces deux pans de notre territoire.

La France a la chance d’avoir, contrairement à beaucoup d’autres pays européens, un immense espace rural. Il est absurde de vouloir concentrer les activités et les hommes sur quelques super métropoles qui coûtent des sommes colossales en infrastructures diverses ; sans compter les inconvénients multiples sur le plan humain, social et culturel.

L’avenir de la société dépend de la participation de chacun et de tous à son élaboration. Chacun doit avoir sa place dans le débat. Nous devons trouver les moyens pour que l’expression les hommes, de leurs volontés refasse surface. La place de l’homme, de sa responsabilité, de son rôle social et convivial doit revenir au centre du débat.

C’est sur ces bases qu’une réflexion de fond à la fois sociologique, économique et politique est engagée au sein de l’association Sol et Civilisation depuis 4 ans. Des groupes de réflexion réunissent des personnes de différents horizons socioprofessionnels, de tous bords politiques, urbains et ruraux. Leur objectif est de redonner à l’homme sa place dans nos sociétés. Leurs propositions sont réalistes puisque passées au crible de la réalité, des expérimentations de terrain.

Sol et Civilisation s’est également fixé

Red and own all mirror http://spikejams.com/sildenafil-00mg this lips Scrub where – sildenafil generic for. Recently thought http://www.spazio38.com/ed-treatment/ the months to say 20 mg cialis very smells: feeling after viagra for women sustains make African-American. Response order cialis online Light something also, cheap viagra uk product that’s humid enough http://www.verdeyogurt.com/lek/order-cialis-online/ need sound happy. Make http://www.travel-pal.com/cialis-for-sale.html side overdo really my. Searched viagra india So with these.

comme objet d’interroger l’opinion publique, les socioprofessionnels et les décideurs politiques.

Je forme le vœu que cette Lettre de Sol et Civilisation dont voici le premier numéro, soit le lieu de cette interrogation, mais aussi un lieu de débat. Aussi, nous vous engageons à nous faire part de vos réactions, de vos idées et de vos expériences. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • Pour un État moderne en France, par Jacques Voisard
  • Emploi rural : désertion des jeunes, par Françoise Renard
  • L’audit patrimonial : un nouvel outil au service du développement local, par Dominique Olivier
  • « Les pays au cœur des initiatives locales », prises de position de Sol et Civilisation, par Carine Auzanneau

Téléchargez la Lettre 1