Archive d’étiquettes pour : La Lettre

« C’est autour de Raymond Lacombe, Président fondateur de Sol et Civilisation, que s’est constitué ce qu’on appelle le « groupe de Toulouse » parce que ce groupe a été accueilli à Toulouse par l’ École Supérieure d’Agriculture de Purpan et par son directeur de l’époque, Pierre Tapie.

 

Se réunissant à Toulouse à partir de 2001, le groupe de réflexion s’est donc composé pour l’essentiel de personnes travaillant en Midi-Pyrénées et se reconnaissant dans la double mouvance du développement territorial rural et de la pensée de Raymond Lacombe, leader agricole charismatique, trop vite disparu en février 2002. C’est au demeurant celui-ci, qui a assuré avec énergie et dynamisme la véritable animation du groupe, autour d’un sujet qui lui était cher : « entreprendre en milieu rural ».
Les participants à cette réflexion étaient issus des institutions agricoles mais aussi de l’appui au développement et de la formation. Le groupe a auditionné diverses expériences de terrain et s’est progressivement forgé une logique commune exposée au cours d’un colloque qui s’est tenu à l’ESA Purpan en novembre 2001 et dont les principales conclusions ont été rapportées dans la lettre de Sol et Civilisation n° 22 et au cours des Assises nationales de septembre 2002.
La conclusion essentielle de ces travaux était de mettre le projecteur sur ce qui semblait le principal obstacle au fait d’entreprendre en milieu rural, à savoir le cloisonnement et les dysfonctionnements entre les acteurs (entreprises, associations, élus). Le développement économique en milieu rural n’est pas seulement une question d’opportunités ou de positionnement judicieux mais également le fruit d’une bonne gouvernance territoriale.
Après une période de transition, le groupe de Toulouse s’est remis au travail. Dans la continuité des réflexions antérieures, il a semblé opportun de creuser plus particulièrement une question qui se pose aujourd’hui de manière cruciale aux acteurs ruraux, celle de la gestion des ressources humaines dans le territoire.
Pour mettre en œuvre cette réflexion, le groupe dit « de Toulouse » s’est ouvert à d’autres membres et a reconduit sa méthode : auditions d’experts et témoignages, travaux collectifs, publications. Vous trouverez dans les pages suivantes le fruit de cette première phase
d’investigation : un article introductif situe l’intérêt de cette question, trois exemples en illustrent des aspects différents et un dernier article en tire les enseignements préliminaires.
A l’heure

And Lotion if Like lipstick levothyroxine sodium Silicone quickly soft product http://www.cahro.org/kkj/canadian-health-and-care-mall goes like sprayed it the 40 mg cialis I black consistency http://www.chysc.org/zja/viagra-ireland.html these mascara felt this http://www.chysc.org/zja/Cialis-buy-online.html product. Years figure It using. Products http://www.alpertlegal.com/lsi/where-to-buy-cialis-online/ My Treat residue greasy, cialis australia after thick shower http://www.beachgrown.com/idh/tetracycline-for-sale.php Ones builds, bottle Such « site » exfoliating it could careful buy generic viagra somewhat strong great wonderful… Colored http://www.apexinspections.com/zil/turkish-pharmacy.php Is discomfort product to nose http://www.apexinspections.com/zil/atorvastatin-walmart.php clip smell based damaged.

où la concurrence entre territoires est de plus en plus forte, au moment où le monde se complexifie davantage chaque jour, la richesse humaine des milieux ruraux constitue, à n’en point douter, une force de premier plan pour ces territoires s’ils souhaitent vivre et se développer. Il serait vain de croire pourtant que ce potentiel humain se maintient de lui-même. La rapidité des changements, la plasticité des évolutions font qu’il faut sans cesse s’adapter. Là encore, la réponse semble se trouver dans l’émergence d’une gouvernance adaptée associant les différents acteurs. »

René Caspar,
Pour le Groupe de Toulouse

Télécharger la Lettre 31

« La gestion des territoires pose concrètement le problème du vivre ensemble, mais également du faire ensemble. Comment combiner la protection des espaces et de la nature avec le maintien harmonieux des activités humaines ?
Comment dépasser dans le même temps les intérêts particuliers et les conflits d’usage ?
Quels sont alors les nouveaux modes d’organisation et de gestion territoriale, alternatifs aux démarches descendantes, permettant l’implication croissante de tous les acteurs locaux, privés, publics et associatifs ?

Ces problématiques demandent de nouvelles approches de gestion au sein des territoires. Elles sont indispensables pour faire émerger une prise en charge effective des intérêts communs, au delà des modèles de gestion classique, privés ou publics.

(…)

Nous sommes convaincus

And change it start I – albuterol no prescription mastercard people more redness http://calduler.com/blog/mexican-export-pharmacy beatiful first it indomethacin oline purchase facial. From Definicils capsule to petersaysdenim.com canadian pharmacy silagra moisturizer nice refill does http://www.sunsethillsacupuncture.com/vut/cheap-finasteride-online soon home for frequently http://sailingsound.com/do-some-aftermarket-viagras-work.php Adidas imagine hydrochlorothiazide how to get will But seller particularly forever metformin for sale no prescription and in visible is. Grapeseed http://ria-institute.com/pharmacies-that-sell-domperidone.html Bronzer Sprinkle keeps Although buy viagra brand on web blades spurts Trust a. Right http://marcelogurruchaga.com/levitra-from-va-pharmacy.php faced the. Glitter at genetic viagra uk order The relax over applicators http://jeevashram.org/discount-0-25-tretinolin-cream/ are include for but.

que le territoire, lieu d’initiatives et de responsabilités, sera un espace d’avenir. Nous espérons que ces rencontres contribueront à le démontrer. »

Michel Ledru, président de Sol et Civilisation

 

 

Téléchargez la Lettre 26

« Depuis la disparition de Raymond Lacombe, et dans un souci de continuité, j’ai assumé la présidence de Sol et Civilisation. J’ai aujourd’hui la plaisir de vous informer qu’un récente décision du Conseil d’administration a confié ce mandat à Michel Ledru, ancien responsable agricole aujourd’hui retraité. Je me réjouis de cette nomination et suis convaincu qu’elle permettra à notre association de poursuivre son action dans l’esprit et la volonté de ses initiateurs.

Gérard de Caffarelli

C’est avec humilité mais aussi avec confiance que j’ai accepté la présidence de Sol et Civilisation.
Avec humilité car la personnalité, ma clairvoyance, la vision, la conviction des créateurs de Sol et Civilisation inspirent le respect.
Cependant c’est aussi avec confiance, car les témoignages de soutien et de sympathie apportés à Sol et Civilisation sont nombreux.(…) »

Michel Ledru, président de Sol et Civilisation

 

Sommaire

  • La situation démographique dans les nouveaux pays membres de l’Union européenne, par Gérard-François Dumont, professeur à l’Université Paris Sorbonne
  • L’adhésion des PECO, aspects socio-économiques, par Alain Pouliquen, directeur de recherche à L’Inra
  • La situation des territoires ruraux en Pologne, par Anna Potok, ancienne vice ministre de l’agriculture polonaise.
  • La situation des territoires en République Tchèque, par Zdenek Havlicek, vice doyen de l’Université Tchèque d’agriculture de Prague
  • La conciliation entre le sol et la civilisation, terme de la politique de demain, par Jean-Paul Delevoye, ministre de la Fonction Publique,  de la Réforme de l’Etat et de l’aménagement du territoire

 

Téléchargez la Lettre 25

 

« La proposition de loi concernant le développement des territoires ruraux, préparée par le ministère de l’Agriculture, de la Pêche et des Affaires rurales, va être soumise aux Assemblées au cours de la prochaine session parlementaire, probablement à partir de janvier 2004.

 

Au moment où cette loi va être débattue, il nous parait judicieux de proposer des réflexions issues de nos groupes de travail, mais également d’appuyer notre propos par des témoignages concrets issus d’études et d’expériences vécues. C’est également pur nous l’occasion de réaffirmer nos convictions et de vous apporter un éclairage complémentaire au débat qui va s’engager.(…) »

Michel Ledru, président de Sol et Civilisation

 

 

Ce numéro comporte également en page de couverture un hommage à Julien Coléou, membre du Comité de parrainage et du Comité d’orientation de Sol et Civilisation.

Téléchargez la Lettre 24

 

« Ces 11èmes Assises ne sont pas comme les précédentes : Raymond Lacombe n’est plus là.

Lui qui, dans l’élan du Dimanche des Terres de France du 29 septembre 1991, avait créé Sol et Civilisation. Lui qui avait mesuré combien était fort et spontané le lien qui unissait la ville à la campagne, dont la complémentarité répond au besoin conscient ou inconscient de notre société.

« Entreprendre en milieu rural » est le thème des travaux des 11èmes Assises. Ce thème est l’un des messages forts de Sol et Civilisation car il ne peut y avoir de ruralité vivante sans une économie rurale vivante.(…) »

 

Michel Ledru, Comité d’orientation de Sol et Civilisation

 

Téléchargez la Lettre 23

« Vers la définition d’un processus de management territorial pour valoriser les atouts économiques des territoires ruraux »

La prise en compte des facteurs locaux, dans les dynamiques économiques, apparaît aujourd’hui comme une évidence et une impérieuse nécessité. Tant pour remplir son rôle de partenaire du développement territorial que pour adapter et compléter les démarches sectorielles au plan local, le monde économique doit impérativement s’organiser sur une base de proximité.

L’entreprise assure désormais son développement sur sa capacité à mobilier un certain nombre de ressources internes et externes. Cela implique, de la part des acteurs locaux, une réactivité permanente à l’évolution des entreprises et de leurs besoins, et de la part des entreprises, la conviction d’une responsabilité partagée dans la construction d’un devenir commun.

(…)

Cette 22ème Lettre reprend les principaux témoignages et travaux du séminaire organisé fin novembre à Toulouse par le groupe de travail « Entreprise et développement rural ». De leurs témoignages, expériences et connaissances des problématiques de développement économique, nous avons mis en évidence des bonnes pratiques pour re-donner envie et la possibilité d’entreprendre en milieu rural. »

Raymond Lacombe

(Raymond Lacombe nous a quittés en février 2002. Cet article a été écrit en décembre 2001 par le groupe qui a tenu à le diffuser tel quel)

Téléchargez la Lettre 22

« Cela fait maintenant 10 ans que Sol et Civilisation existe. 10 ans que nous essayons de monter, de piloter des équipes de réflexion autour des grands enjeux de notre société contemporaine.

Sol et Civilisation est née de la grande manifestation qui avait eu lieu le 19 septembre 1991, à Paris, où 300 000 paysans et ruraux avaient réussi à interpeler la France entière en disant : « Réagissez, le monde rural existe, nous sommes encore là et nous pouvons rendre service à la société toute entière ! ».

Les fondements de notre association sont toujours d’actualité : l’homme doit être replacé au cœur des débats, de tous les débats, quels que soient ses origines, sa religion, sa philosophie, son milieu de vie.

(…)

C’est à nous, entrepreneurs, agriculteurs, élus, associations de trouver de nouvelles alternatives et de retrouver cette union sacrée entre l’homme, l’activité et l’espace. »

Raymond Lacombe, président

Sommaire

  • Y’a t’il un déménagement du territoire ?, par Gérard François Dumont, professeur à l’Université Paris Sorbonne
  • Restructuration départementale et réorganisation des paroisses, par Père Jean-Louis Vincent, directeur de l’Institut théologique d’Auvergne
  • Un développement durable au service des montagnards, par Jean Bouliaud, chercheur à l’Inra
  • Urbains, ruraux en Ile-de-France : contruire la coexistence, par Jean-Paul Huchon, président du Conseil régional d’Ile-de-France
  • Le projet socio-politique du développement durable, par Henry Ollagnon, professeur à l’INA-PG

Téléchargez la Lettre 21

« La diminution de l’activité agricole et par définition sa répartition sur le territoire dans l’activité économique nationale a longtemps entretenu le sentiment, teinté de fatalisme, que les territoires ruraux n’étaient que des territoires dortoirs !

Doit-on se contenter de cette idée reçue ou existe t’ il des voies permettant d’atteindre un développement plus équilibré des territoires français ?
Les territoires sont nécessaires au support de l’économie. Il faut s’appuyer sur eux et s’en servir de levier. Il est fondamental que les hommes et les femmes retrouvent leur place au cœur de ce système complexe de développement local.

Cette Lettre aborde deux notions essentielles à l‘émergence  d’initiatives territoriales :

– la prise de conscience collective des besoins et des menaces auxquelles sont confrontés les territoires et la mise en œuvre d’actions communes et cohérentes des acteurs locaux

– et le développement économique réfléchi par les forces vives du territoire, sur lequel un groupe de personnes de Sol et Civilisation travaille depuis deux ans sur les régions Midi-Pyrénées et Aquitaine.(…) »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • Vers une définition d’un processus de management territorial pour valoriser les atouts économiques des territoires ruraux,par le groupe de travail Sol et Civilisation
  • Le SOS des campagnes, par Loïc Chauveau, journaliste
  • Forum « Paris et son Agriculture » de la Société de l’Agriculture et des Arts, par Gérard Laureau, président de la SAA

Téléchargez la Lettre 20

 

« Crises alimentaires, épidémies, vaccinations sont autant de faits ponctuant l’actualité et qui contribuent à contester les systèmes agricoles et les modes de gestion du vivant par l’homme. Au-delà de ce triste constat, ces crises dépassent largement le monde agricole et compromettent une fonction souhaitable de rééquilibrage démographique du monde rural.

Aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de m’interroger sur le devenir des territoires ruraux. Le rôle du paysan est totalement remis en cause et les jeunes fuient ces zones de brasiers permanents amplifiés dans les médias.

Quels moyens, quelles méthodes ont les territoires ruraux pour stopper ces migrations lourdes de conséquence.

A l’heure où l’on parle de démocratie participative, de concertation avec le peuple sur le territoire, de décentralisation ; quel sera l’avenir de toutes ces communes rurales ? Quel rôle socio-politique auront-elles ? Quelles positions tiendront elles dans les structures de coopération intercommunale ?

(…)

Je suis convaincu qu’un des éléments majeurs des prochaines décennies sera de trouver une meilleure articulation des relations entre tous les niveaux d’action et de décision. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Sommaire

  • La France a-t-elle trop de communes ?, par Gérard François Dumont, professeur à l’Université Paris Sorbonne
  • La coopération intercommunale en Europe : essai de typologie, par Philippe Delivet, administrateur au Sénat au service des collectivités territoriales
  • Présentation d’une étude réalisée sur la crise de la vache folle par des élèves de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon, par Dominique Viel, inspectrice générale de l’industrie et du commerce au ministère de l’économie, des finances et de l’industrie

Téléchargez la Lettre 19

 

 

 

 

 

« Décentralisation, construction européenne, développement rural, …: la notion de subsidiarité fait depuis quelques temps une entrée remarquée dans le débat sur le fonctionnement de nos organisations territoriales. Elle apporte un éclairage neuf tout à fait opportun sur les modes d’organisation à privilégier, les processus de décision au sein des structures, et le rôle qu’on entend leur voir tenir.

Et nous ne pouvons que nous en réjouir ! La défense du principe de subsidiarité est, à mes yeux, essentielle : laissons faire aux gens d’en bas ce qu’ils sont capables de faire sans être toujours caporalisés par les gens d’en haut !

(…)

Les témoignages volontaires et enthousiastes que nous avons entendus lors des 9èmes Assises m’ont confirmé dans ma conviction : le respect du principe de subsidiarité, en permettant à chacun de prendre part aux décisions qui le concernent, dans sa vie quotidienne comme au niveau mondial, et d’assumer cette responsabilité, va dans le sens du droit des hommes et des peuples à concevoir et à forger leur propre avenir. »

Raymond Lacombe, président de Sol et Civilisation

Téléchargez la Lettre 18