untitled-1

Didier Christin est praticien-chercheur au sein de Sol et civilisation. Il travaille sur la réactualisation des pratiques de gestion en commun.

“C’est par le fait que des personnes autonomes (publiques et/ou privées) se reconnaissent, se constituent et s’organisent en tant que communauté titulaire d’un « patrimoine commun » – et donc le prennent en charge comme tel – qu’un élément, matériel ou immatériel, devient le patrimoine commun de cette communauté.”

Dans le chapitre “Cultiver” de l’ouvrage “La société de bien commun” de l’écologie Humaine, Didier Christin  présente comment le « commun » permet de mieux saisir ce que pourrait être une véritable gestion durable de l’eau et des milieux aquatiques et donc d’éclairer comment mieux la mettre en œuvre.

Afin de comprendre au mieux ce qui définit une telle gestion durable, il est important, dans un premier temps, de décrire les trois modes de prise en charge , différents et complémentaires, de la gestion de l’eau : la gestion individuelle, la gestion collective (ou par délégation) et la gestion en commun. Cette distinction permet alors d’envisager comment arriver à mobiliser les forts « potentiels d’implication » des acteurs dans la gestion de l’eau de leurs territoires.

Accédez à l’extrait

Pour mener nos interventions, nous mobilisons à Sol et Civilisation des concepts et des outils issus de différentes approches. C’est ainsi que nous intervenons en tant que facilitateurs stratégiques pour accompagner les acteurs d’un territoire ou d’une filière agricole.

Dans cette interview pour le magazine « Agro Mag *», Elise Levinson explique son métier de facilitatrice stratégique, pour lequel elle développe une pratique d’accompagnement au changement par la créativité : celle du Journal Créatif ©.

Portrait réalisé par Fabienne Cottret – facilitatrice  graphique

*La revue agro Mag s’adresse aux ingénieurs, aux étudiants, aux cadres, dirigeants et décideurs de l’agriculture, de l’agro-industrie, des IAA, des services, et plus généralement à tous ceux qui sont intéressés par les sciences du vivant.[Interview]

 

 Article [Interview Elise Levinson]

France Stratégie, dans une Note d’analyse de mai 2017, s’est penché sur les écarts de salaire entre les territoires.

Les écarts de salaires entre les territoires s’observent partout. Souvents attribués à deux facteurs, le premier par celui de « l’effet de composition » associé à des activités économiques et à différentes catégories socio-professionnelles dans une zone d’emploi et le deuxième par la “densité” qui s’exprime par le gains de productivité du regroupement d’activités et des personnes sur un même territoire. Mais un autre facteur est à prendre en compte, souvent moins renseigné dans la littérature économique, qui est celui des effets dits « d’externalité de capital humain ».

 

photo-actu-juin

Accédez à la note d’analyse de France Stratégie

colloque

Sol et Civilisation est partenaire* du colloque “Entre État et marché, la dynamique du commun: vers de nouveaux équilibres” les 8, 9 et 10 juin 2017 à l’Université Paris II Panthéon-Assas.

Le vendredi 9 juin, Guillaume Dhérissard (Directeur) et Didier Christin (Coordinateur du pôle recherche-action) de Sol et Civilisation animeront l’atelier 2 – Agriculture de 9h à 13h à la salle des conseils.

Consulter le programme 

Inscription obligatoire AVANT le 1 juin

*avec l’Université Paris II Panthéon-Assas, le CNRS, AFD (Agence Française de Développement), ICAM (Institut Catholique d’Arts et Métiers), Fund for Democratic Culture, CERSA (Centre d’Études et de Recherches de Science Administrative), Créative Commons France et Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive.   

Et si 2017 devenait d’année du développement de ce type d’agriculture ?

Les agricultrices et les agriculteurs français traversent actuellement une grave crise de confiance et de perte de repères. Alors que les perspectives sur les marchés agricoles sont globalement favorables, l’agriculture française ne croit plus vraiment en son avenir.
Bien sûr, 2016 fut une très mauvaise année marquée, sur une partie de notre territoire, par un sinistre climatique. Mais ce n’est pas cet accident conjoncturel qui, en soit, a provoqué un tel malaise. Les racines sont beaucoup plus anciennes et profondes.

Lire l’article de Jean-Marc Séronie, agro-économiste,  paru dans la revue Paysans et société.

#agriculture collaborative #RevuePaysansetsociété @jmseronie

axel-kahn-1Le magazine des Parcs naturels régionaux publie dans son numéro de mars 2017 une interview d’Axel Kahn,
“Les Parcs ne sont pas des musées de la nature”.

Axel Kahn est généticien, chercheur et enseignant. Il est aussi grand ambassadeur des Parcs naturels régionaux, un amoureux des territoires, curieux en général et de l’humain en particulier.

“La ruralité a elle-même stoppé son déclin et les Parcs régionaux y participent grandement” 

Lire l’article 

 

 

vtyof6so_400x400A l’occasion des prochaines échéances électorales, 31 associations agissant sur les territoires ruraux, dont Sol et Civilisation, ont décidé de porter les voix de la ruralité dans le débat public à l’initiative de l’Association nationale nouvelles ruralités (ANNR)

Le développement équilibré et intégré du territoire national en Europe passe par la complémentarité et la vitalité de tous ses voixruraliteterritoires, urbains et ruraux, sans hiérarchie ni condescendance.

La ruralité n’est pas ce qui reste à la porte des métropoles pour leur servir de déversoir ou de grenier à blé. C’est un socle de savoir faire, de savoir être et d’initiatives innovantes et porteuses de sens ; une bonne articulation des dynamiques territoriales est une chance pour construire l’avenir d’une France moderne, attractive et apaisée. Le développement des coopérations entre tous les territoires dans leur diversité est un creuset pour imaginer un futur possible aux nouvelles générations, tout en répondant aux défis de la nécessaire transition écologique, économique et sociale des territoires ruraux.

 

Les grandes idées des “Voix de la ruralité” :
– Politiques publiques adaptées et élaborées avec la participation des citoyens et de leurs organisations, (associations, élus locaux, citoyens tirés au sort, instances de démocratie participative…). La
déclinaison de ces politiques s’appuiera sur une gouvernance et des moyens humains partagés dans chaque territoire organisé.
– Une loi d’orientation et de programmation pour la ruralité traduisant une stratégie nationale d’équilibre en capacité de garantir aux territoires à la fois une reconnaissance de leur diversité et une
égalité des chances. Cette loi cadre doit comporter une démarche horizontale et interministérielle, une programmation financière stable sur 10 ans, une agence nationale des territoires et un fonds
national de revitalisation avec un financement dédié.
– Un « agenda rural », engagement de l’Europe en faveur d’une politique d’investissement et de développement perceptible par les habitants et les entrepreneurs.

Refusant toute forme de populisme, les signataires s’engagent à participer à l’élaboration d’un récit républicain sur une ruralité créative, innovante, accueillante, active et respectueuse. Ils souhaitent rencontrer une volonté politique forte pour donner confiance, espoir, fierté et ambition aux habitants, entrepreneurs et associations de ces territoires, offrant une vraie voie pour une ruralité partie prenante du projet de la France.

, , , , les grandes orientations pour la seront présentées le 13 mars à Paris.

Suivez le mouvement via Twitter : @VoixDeRuralite

 

2041Comment les territoires ruraux peuvent-ils contribuer, localement comme globalement, à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable ? C’est cette question que l’ouvrage « Des territoires vivants pour transformer le monde » se propose d’explorer. Il met notamment l’accent sur les interactions entre acteurs, échelles et dispositifs, tant à l’échelle locale que dans la perspective globale des Objectifs du développement durable. Il s’appuie pour cela sur l’expérience et les points de vue de plus de 150 chercheurs et experts du Cirad, de l’AFD et de leurs partenaires.

Sur quelles ressources se fonde le développement d’un territoire ? Qu’est-ce qu’une gestion territoriale des ressources ? Quelles spécificités et opportunités présente l’organisation territoriale pour la production agricole, la régulation des filières, les services ? Comment se conçoivent et s’appliquent des politiques publiques territoriales ? Quelles méthodes et outils mobiliser pour le développement territorial ?

Cet ouvrage présente une diversité d’études illustrant la façon dont acteurs, échelles et périmètres d’intervention, dispositifs interagissent pour le développement des espaces ruraux dans les pays du Sud.

Des territoires vivants pour transformer le monde
P. Caron, E. Valette, T. Wassenaar, G. Coppens d’Eeckenbrugge, V. Papazian, éd. Scientifiques
Ed. Quae, 2017

France Stratégie, dans une Note d’analyse de février 2017, s’est penché sur le dynamisme de l’emploi dans les territoires.

Cette note intitulée “Dynamique de l’emploi et des métiers : quelle fracture territoriale ?” montre que sur la période 2006-2013, les créations d’emploi se concentrent sur les aires urbaines de plus de 500 000 habitants : ainsi définies, les métropoles françaises rassemblent près de 46 % des emplois, dont 22 % pour la seule aire urbaine de Paris et 24 % pour celles de province”. Globalement, les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées – en dehors de l’influence des pôles urbains – subissent quant à elles des pertes sur la même période.

Note d'analyse n°53 - 06.02

Accédez à la note d’analyse de France Stratégie

emploiterri
Créé en 2004 et animé par le Commissariat général à l’égalité des territoires, l’Observatoire des territoires met en réseau les organismes publics qui interviennent dans l’analyse des territoires, afin de mieux partager les connaissances disponibles dans ce domaine.
Consacré au thème de l’emploi, ce cinquième rapport dresse un panorama des dynamiques et des disparités géographiques françaises à travers plusieurs angles d’analyse.
Trois grandes parties sont au sommaire :
La première montre les principaux contrastes territoriaux en matière d’emploi, de chômage, de développement économique et de spécialisation des territoires.
La deuxième porte plus précisément sur le fonctionnement des marchés locaux du travail, à une échelle fine, et met au jour les défis en matière de recrutement, de formation et de mobilité auxquels doivent faire face les territoires.
Enfin, une troisième partie est consacrée aux enjeux spécifiques de l’emploi dans les départements-régions d’outre-mer.

#emploi #territoires #développement économique

Télécharger le rapport-2016-emploi-et-territoires